Sur la piste… cyclable!

avril 25, 2016

Le Canada s’affaire à ajouter des pistes cyclables, à créer des programmes de vélo-partage et à rendre les villes plus conviviales pour les cyclistes. Certaines municipalités de Vancouver ont installé des « corridors verts », où les intersections sont interdites aux voitures, tandis que Winnipeg s’est dotée de stationnements attrayants pour vélos sur son réseau de transport en commun. Notre pays redouble d’efforts pour donner toujours plus de place au vélo et il s’inspire de villes comme Copenhague pour y arriver.

Mikael Colville-Andersen, un Canadien d’origine danoise, collabore avec les gouvernements et les villes de partout dans le monde pour rendre celles-ci plus accessibles aux vélos. Il est le chef de la direction de Copenhagenize Design Company, et croit fermement que la conception des villes devrait se faire à l’échelle humaine et non mathématique. Dans la foire aux questions ci-après, la championne canadienne de cyclisme Tammy Thorne discute avec Mikael pour voir quelles leçons le Canada peut tirer des expériences de Copenhague.

LifeInTheBikeLane_MikaelColville-Andersen_AuthorImage

Mikael Colville-Andersen, chef de la direction, Copenhagenize Design Company

Tammy Thorne

Tammy Thorne, championne canadienne de cyclisme et rédactrice en chef du magazine dandyhorse, la référence en arts et culture pour les cyclistes canadiens

Le nombre de personnes à Toronto qui enfourchent leur vélo pour aller travailler a grimpé de plus de 30 % depuis 2001, mais les décideurs de la ville, tout comme ceux d’autres grandes villes canadiennes, se demandent encore : « Comment faire pour encourager toujours plus de personnes à choisir le vélo comme mode de transport principal? »

La première étape, c’est de considérer de nouveau le vélo comme un véritable mode de transport. Les infrastructures protégées pour les cyclistes, c’est-à-dire des portions de la route qui leur sont réservées et qui les séparent habituellement des véhicules à moteur au moyen d’une forme de barrière, existent depuis plus de 100 ans, donc il n’y a rien de nouveau. Elles ont été mises à l’essai par des centaines de millions de cyclistes dans des dizaines de pays, et on sait maintenant quels modèles fonctionnent le mieux. Grâce aux infrastructures pour les vélos, les gens sont – et se sentent – plus en sécurité.

Qu’est-ce qui rend une piste cyclable sécuritaire?

Elle doit être adjacente au trottoir, et non passer entre la zone d’ouverture des portières et la circulation. Elle doit aussi être à sens unique des deux côtés de la rue, avec une largeur d’au moins 2,3 mètres. Ajoutez à cela des mesures pour ralentir la circulation, et vous tenez quelque chose. Cent cinquante villes d’Europe, dont Paris et Barcelone, affichent maintenant une vitesse maximale de base de 30 kilomètres/heure pour les voitures. Ce genre de mesures sauve des vies, réduit la gravité des blessures et redonne à la ville une échelle humaine.

Quels sont les principaux éléments qui font de Copenhague une ville conviviale pour les vélos?

L’essentiel, c’est un réseau cohérent et intelligent de pistes cyclables qui s’étend sur l’ensemble de la ville. Copenhague a fait du vélo le moyen de transport le plus rapide pour se rendre du point A au point B, et c’est pourquoi les gens le choisissent. C’est tout ce que l’Homo sapiens veut : un moyen rapide de se rendre d’un endroit à l’autre. Si on fait du vélo un moyen rapide de se déplacer en mettant en place les infrastructures nécessaires, les habitants de toutes les villes, partout dans le monde, peu importe le climat ou la topographie, prendront leur vélo.

Qu’en est-il de l’hiver?

Les trois quarts des Copenhagois utilisent leur vélo tout l’hiver. Il existe de nombreuses villes nordiques où l’on sort son vélo 365 jours par année. À Oulu, en Finlande, 14 % des déplacements se font en vélo, même si la ville est située tout près du cercle polaire.

http://copenhagenvikingbiking.tumblr.com

Est-ce qu’il faut des vêtements d’hiver spécialisés?

Pas à Copenhague! En Amérique du Nord, le cyclisme est devenu un loisir, et l’industrie a réussi haut la main à convaincre les adeptes que pour pratiquer leur sport, il fallait le bon équipement. À Copenhague, on s’habille en fonction de notre destination, pas de notre moyen de transport. Nos vêtements pour la marche ne sont pas différents de ceux pour le transport en commun ou le vélo.

Quelles innovations présentes à Copenhague pourraient être adoptées par d’autres villes?

Copenhague fait figure de pionnière dans les infrastructures pour les vélos. Par exemple, elle a innové avec la « vague verte ». À l’heure de pointe, si vous pédalez à 20 kilomètres/heure sur les grandes artères qui mènent au centre-ville, vous n’aurez que des feux de circulation verts. La circulation est donc fluide et rapide. Copenhague construit aussi sept nouveaux ponts pour vélos autour de son havre, et elle a pensé à certains détails, comme des poubelles hautes et installées en angle pour que les cyclistes puissent y jeter leurs déchets sans s’arrêter.

Saviez-vous que la nouvelle ministre de l’Environnement du Canada se rend au travail en vélo? Pensez-vous que lorsque des politiciens font ce choix, cela contribue à favoriser la mise en place de politiques favorables aux vélos?

Au Danemark, 67 % des députés se rendent au Parlement en vélo – pas pour prouver leur conscience écologique, mais simplement parce que c’est le moyen le plus rapide de s’y rendre. Cependant, dans les pays et les villes où le vélo est en réémergence, il est impératif que les politiciens montrent l’exemple dans tous les aspects de leur vie, y compris le transport.

Parlons santé. Est-ce que les régions où le vélo fait partie intégrante de la culture, comme le Danemark, affichent un meilleur bilan de santé en général que les autres?

On a calculé, par exemple, qu’au Danemark, chaque fois qu’une personne se déplace d’un kilomètre en vélo, la société gagne 0,23 $. Au contraire, un kilomètre en voiture lui coûte 0,16 $.

De plus, les gens qui choisissent le vélo vivent plus longtemps que la moyenne et sont en meilleure santé en général. Par conséquent, ils sont moins souvent absents au travail, et la société dépense moins pour traiter leurs problèmes de santé.

À Copenhague, 63 % des gens se rendent au travail ou à l’école en vélo. Grosso modo, cela équivaut à une contribution de 233 millions d’euros à la santé publique chaque année. Voilà qui pèse lourd dans le calcul entre les coûts et les avantages que toute ville qui envisage la construction d’infrastructures pour les vélos devrait faire.

Quelle est votre suggestion numéro un aux décideurs canadiens pour inciter plus de personnes à choisir le vélo comme moyen de transport?
Le vélo est un moyen de transport. Certaines personnes s’en servent pour le loisir. Tant mieux. Mais il faut de nouveau voir le vélo comme un véritable moyen de transport. C’est le plus formidable levier pour bâtir de meilleures villes. Il n’y a plus d’excuses qui nous empêchent de moderniser nos villes avec des infrastructures cyclables. C’est ce que font des villes de partout dans le monde, y compris au Canada, et on voit déjà que ça a un effet décisif.

Prêt à enfourcher votre vélo?
Apprenez-en plus sur le partenariat entre Manuvie et le réseau de vélo-partage montréalais BIXI à Montréal pour savoir comment en profiter.

Photo Credits:
SCertaines images ont été gracieusement fournies par Copenhagenize Design Company, www.copenhagenize.eu

 

Les points de vue et les opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement ceux de Manuvie.

 

11 % de la population de Victoria se rend au travail en vélo : https://en.wikipedia.org/wiki/Cycling_in_Canada

400 kilomètres de pistes cyclables à Winnipeg : http://www.winnipeg.ca/publicworks/pedestriansCycling/strategiesActionPlan/PDF/2014-04-14-WalkBikeWpg-OHBoards-Final.pdf

Corridors verts de Vancouver : http://vancouver.ca/streets-transportation/city-greenways.aspx

Les faits et statistiques sur Copenhague proviennent du ministère des Affaires étrangères du Danemark : http://um.dk/en

Nos suggestions


Le vieillissement

Bouger manulifewellness_howweage_header_1440x600

L’alimentation, l’exercice, la gestion du stress… Vous pouvez contrôler votre vieillissement.

Lire la suite >

Réactivez votre corps

Être manulifewellness_rebootyourbody_headerimage_1440x600

Conseils judicieux pour y arriver.

Lire la suite >

Activités physiques quotidiennes

Bouger manulifewellness_everydayfitnesshabits_headerimage_1440x600

Huit activités qui vous permettront de brûler des calories sans vous en rendre compte.

Lire la suite >

Conseils en cuisine pour une meilleure santé

Manger manulifewellness_kitchentips_headerimage_1440x600

Améliorer son espace pour améliorer sa santé.

Lire la suite >